Articles de la catégorie: Entreprise

See-d dans Le Journal des Entreprises

See-d. Mathématiques et statistiques en vecteurs de performance

Associant un scientifique et un dirigeant d’ETI, See-d développe des solutions mathématiques et statistiques pour aider à la performance de l’entreprise.

Prenons un acteur majeur du transport. En tenant compte de l’historique de l’entreprise, un logiciel calculerait un plan heb- domadaire d’activité de charge sur les quais et le nombre d’in- térimaires nécessaires à la tâche au quotidien. Et ainsi la masse salariale serait optimisée…

Créer des outils mathématiques, aider les entreprises à uti- liser leurs données statistiques pour améliorer leur processus de décision, industriel ou logisti- que, c’est justement l’offre inno- vante que propose See-d. Cette start-up vannetaise, créée en octobre 2014, est née de la ren- contre entre un chercheur en mathématiques appliquées, Emmanuel Frénod, et Germain Charier, dirigeant de l’entrepri- se éponyme basée à Montoir-de- Bretagne. Ces derniers ont été amenés, dans le cadre d’une chaire, à collaborer sur des recherches devant répondre à des problématiques de l’entre- prise Charier. Dont « un projet de modélisation mathématique pour la construction d’une chaussée, dont les couches de matériaux seraient optimisées tout en restant résistante », explique Emmanuel Frénod.

Un marché à fort potentiel

C’est ce dernier qui, persuadé « du potentiel du développement des métiers de modélisation mathématique par les statistiques » a convaincu Germain Charier de se lamer dans l’aventure See-d.

« Emmanuel y apporte son expertise scientifique et moi mon expérience en management et mon réseau », note Germain Charier. L’objectif de See-d est de tirer le plein potentiel des données d’une entreprise, d’en extraire la plus-value pour développer de nouveaux services ou marchés, définir de nouveaux cibla- ges… Analyse de la clientèle, optimisation d’un process industriel, prévision d’une activité logistique sont certaines des solutions proposées par See-d. Du sur-mesure : « nous déve-oppons un modèle, un algorithme, un logiciel qui répond aux besoins propres de notre client ».

Croissance et embauches
Tous les secteurs d’activités sont concernés. See-d travaille d’ores et déjà pour des entrepri- ses d’agroalimentaire, de trans- port, de travaux publics, d’édition de logiciels. Trois mois après la création de la société, ses dirigeants ont signé pour 150.000 € de contrats. Les prévisions portent sur un chiffre d’affaires de 300.000 € pour 2015, 700.000 € pour 2016.
Un premier chercheur a été embauché à temps plein, un second est en cours de recrutement. « Notre souhait est de porter nos effectifs à cinq chercheurs d’ici début 2017 ». La start-up vannetaise veut d’ailleurs et aussi jouer les interfaces entre le monde de la recherche universitaire et celui de l’entreprise. « C’est important que le monde de l’entreprise prenne aussi conscience de la valeur de notre formation en France, il y a des talents méconnus… »,fait remarquer Ger main Charier.

SEE-D

(Vannes)

P-dg : Germain Charier Prévision CA 2015 : 300.000€

www.see-d.fr

Stéphanie Biju. Le Journal des Entreprises. Morbihan. Mars 2015

 

Lire la suite

Les maths pour booster les entreprises

Le Télégramme. 14 février 2015

L’un est chercheur universitaire à l’Université de Bretagne Sud (UBS), l’autre chef d’entreprise tout juste retraité. Le premier aime les maths, le second le management… De leur rencontre est née Seed, une nouvelle société pour un nou- veau concept. Partant du constat que les mathématiques et statis- tiques peuvent permettre aux entreprises d’optimiser leurs perfor- mances, quel que soit leur domaine d’activité, de l’agroali- mentaire aux travaux publics en passant par les transports, etc., Emmanuel Frénod, le mathémati- cien a eu l’idée de créer des modéli- sations sur mesure adaptées aux besoins de chaque société afin de développer leur potentiel. « Ce type d’offre n’existe pas dans le pri- vé pour les PME, seuls les grands groupes peuvent s’offrir les ser- vices d’un laboratoire de mathéma- tiques appliquées en interne », ajoute l’universitaire. Séduit par le projet, l’ancien dirigeant de l’entre-prise Charier a vu ici l’occasion de garder un pied dans le monde du travail. « L’UBS apporte son savoir- faire, moi, mon réseau et mon expérience », assure Germain Charier.

« Le besoin est tel que, lorsque nous avons commencé à en parler à des clients potentiels, nous avons dû créer la société en urgence car les demandes ont rapidement afflué », précisent les deux asso- ciés. Créée en octobre dernier, la jeune start-up s’est installée dans les locaux de la pépinière d’entreprise vannetaise Créalis. Elle a déjà embauché un chercheur et enre- gistre 150.000 € de chiffre d’affaires. « Nous tablons sur 300.000 € la première année, puis 700.000 € dès 2016, mais nous pensons les dépasser rapidement. D’autres embauches devraient suivre. »

Contact : 06.09.39.94.75 06.89.33.74.81 

Photo: Emmanuel Frénod et Germain Charier viennent de lancer See-d, une start-up permettant de développer le potentiel des entreprises.

Le Télégramme. 14 février 2015 . Page Economie.Véronique Le Bagousse

 

Lire la suite

See-d met les maths au service des performances de l’entreprise

E-lettre api du 11/02/15

56 – Fondé le 17 octobre 2014, See-d a déjà signé trois premiers contrats d’envergure nationale. « Nous proposons d’utiliser des méthodes mathématiques et statistiques, issues de la recherche universitaire, pour valoriser les données des entreprises. Et mettre en place des outils d’aide à la décision afin de répondre à différentes problématiques et d’améliorer les process », explique Emmanuel Frénod, directeur scientifique de See-d, et co-fondateur de la start-up avec Germain Charier, PDG et ancien président du directoire du groupe Charier. Les deux entrepreneurs sont les deux principaux actionnaires de See-d, qui compte deux autres associés. Leur collaboration s’est initiée au sein de la chaire Connaissance et action territoriale de l’Université de Bretagne Sud, dans laquelle est impliquée le groupe Charier.

Un marché national, voir international

L’offre de See-d cible potentiellement tous les secteurs d’activités, toutes les entreprises ayant des données. « Nous avons segmenté le marché. Nous démarrons sur des entreprises de 500 à 3 000 salariés qui ont une culture scientifique mais qui n’ont pas en interne, une culture et des compétences en mathématiques et scientifiques », détaille Germain Charier, qui cible des prospects nationaux, mais ne se ferme pas les portes de l’international. Par rapport à la concurrence, See-d entend se démarquer avec une offre et des outils sur-mesure et une étroite collaboration avec la recherche académique. Dans son portefeuille de clients, la start-up compte notamment MGdis, Avril Stef ou le CSTB.

Des emplois pour des chercheurs

Mais See-d a aussi l’ambition de créer des emplois pérennes dans le privé pour des chercheurs experts en mathématiques appliquées aux problématiques des entreprises. « Nous avons déjà embauché un chercheur. Un second recrutement est en cours », précise Emmanuel Frénod. A fin 2016, See-d entend regrouper une équipe de 5 à 6 chercheurs. La start-up, qui collabore avec la chargée d’affaires Gaëlle Quéméneur, a également recruté une secrétaire à temps partiel via le groupement d’employeurs Venétis. Installée à la pépinière Créalis à Vannes, See-d vise un chiffre d’affaires de 300 k€ en 2015. 150 k€ sont déjà assurés par les contrats signés à ce jour. 700 k€ sont espérés en 2016.

Maureen Le Mao

E-lettre api du 11/02/15

Lire la suite

See-d: Un concept innovant pour marier les maths à l’entreprise

Le Télégramme. 11 février 2015.

L’idée pourrait sembler évidente… Encore, fallait-il y penser. Pour optimiser les performances des entreprises, See-d, une start-up, propose de mettre les mathématiques au service des entreprises.

Pour tordre le cou aux idées reçues qui tendraient à dire que « les maths ne servent à rien dans la vie de tous les jours… », Germain Charier, ex-patron de l’entre- prise Charier, et Emmanuel Frénod, universitaire chercheur en mathématiques à l’Université de Bretagne sud, ont eu l’idée de créer See-d,          « Science et entreprise décision » ou encore « graine » en anglais. La toute jeune start-up a vu le jour en octobre dernier, et ses résultats sont déjà encourageants (150.000 € de chiffre d’affaires sur les premiers mois de l’année). Preuve s’il en est qu’il existait un réel besoin dans ce domaine. « D’ailleurs nous avons créé l’entreprise pour avoir rapidement un cadre juridique, puisque dès que nous avons lancé l’idée, les retombées et les demandes ont été immédiates », assure Emmanuel Frénod.

Une passerelle

Installée dans les locaux de Créalis, la pépinière d’entreprises de la zone du Prat, la toute nouvelle entreprise se veut une passerelle active entre la recherche universitaire et le monde de l’entreprise. Née d’une rencontre entre un mathématicien et un patron d’entreprise de taille intermédiaire (ETI), elle innove et vient de créer un concept inédit avec pour objectif de mettre les mathématiques et la statistique au service de la performance de leurs clients. Partant du constat que toute entreprise peut optimiser ses performances grâce aux mathématiques, elle propose aux dirigeants de leur créer un modèle sur mesure adaptée à leurs besoins. « Nous partons des besoins des entreprises, de leur existant pour bâtir ensemble des solutions sur des bases scientifiques solides », assure Emmanuel Frénod. « Ce type d’offre n’existe pas dans le privé pour les PME (petites et moyennes entreprises), seuls les grands groupes peuvent s’offrir les services d’un laboratoire de mathématiques appliquées en interne ». See-d propose en quelque sorte une externalisation pour les entreprises, orchestrée par des chercheurs de haut niveau, titulaires de doctorats.

Un potentiel à développer

« Les mathématiques sont partout mais on ne sait pas les utiliser », ajoute le directeur scientifique. Analyse de la clientèle, optimisation du process industriel, prévision d’une activité logistique, exploration des données, See-d aide ses clients à mettre en place des modélisations pour utiliser de nouveaux services, de nouveaux ciblages, de nouvelles organisations de marché. « Ce concept n’existait pas. Or on sait que dans chaque entreprise il existe un potentiel à développer. Pour un chef d’entreprise fraîchement retraité comme moi, c’est très valorisant de participer à cette aventure. J’apporte mon expérience et mon réseau. Les universitaires, leurs connaissances », affirme Germain Charier.

700.000 € de chiffre d’affaires

Aujourd’hui, la start-up démarre mais elle ne manque pas d’ambition. « Nous tablons sur un chiffre d’affaires de 300.000 € en 2015 et 700.000 € en 2016 ». Novatrice, elle sait que son potentiel de développement est énorme et s’étend bien au-delà du grand Ouest. Ses premiers clients sont essentiellement installés en région parisiienne et en Bretagne, « mais nous savons que les possibilités sont multiples. » See-d offre aussi un double bénéfice avec des emplois pérennes pour des chercheurs (elle prévoit d’embaucher jusqu’à cinq chercheurs dans les années à venir) et la performance des mathématiques à la portée de toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité : agroa- limentaire, transport, travaux publics, édition de logiciels, etc.

Pratique
Contact : 06.09.39.94.75 ou 06.89.33.74.81.

Le Télégramme. Véronique Le Bagousse. 11 février 2015.

 

Lire la suite